P. René Butler MS - 3e dimanche de Carême - Un Dieu, un peuple

Un Dieu, un peuple

(3e dimanche de Carême : Exode 3, 1-15 ; 1 Corinthiens 10, 1-12 ; Luc 13, 1-9)

La parabole du figuier d'aujourd'hui se trouve seulement dans l'Evangile de Luc. Cependant on ne peut manquer de voir le parallèle à La Salette. Comme le vigneron cherchant à sauver l'arbre, la Belle Dame se présente comme priant sans cesse pour son peuple.

Dans la première lecture, Dieu dit : « J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu ses cris sous les coups des surveillants. Oui, je connais ses souffrances. Je suis descendu pour le délivrer ». Marie a vu le péché de son peuple—en particulier des cris de plainte mêlés au nom de son Fils—mais aussi de sa souffrance. Elle est venue offrir un remède aux deux.

St Paul écrit de « nos pères » en route vers la terre promise. Il conclut : « La plupart n’ont pas su plaire à Dieu : leurs ossements, en effet, jonchèrent le désert. Ces événements devaient nous servir d’exemple, pour nous empêcher de désirer ce qui est mal comme l’ont fait ces gens-là. Cessez de récriminer comme l’ont fait certains d’entre eux ».

Alors peu des corinthiens croyants étaient d'origine juive, et il en est de même pour nous. Cependant, notre héritage chrétien inclut l'Ancien Testament, et en d'autres endroits, Paul dit explicitement que nous sommes descendants d'Abraham.

Nous sommes donc le seul peuple élu du seul vrai Dieu, dont le nom infiniment mystérieux est "JE SUIS". Quel cri entend-il de nous aujourd'hui ? Murmurons-nous, ou nous tournons-nous vers le Seigneur en prière ? Profitons-nous pleinement de la nourriture et de la boisson spirituelles qui nous ont été données ?

Les bonnes nouvelles circulent vite, dit-on. C'est peut-être vrai, mais les mauvaises nouvelles attirent plus d'attention. L'Évangile d’aujourd’hui mentionne deux événements tragiques. Jésus répond : « Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même ».

Cette parole peut sembler insouciante, mais elle reflète plutôt l'urgence de la mission de Jésus. De même, à La Salette, Marie a commencé son discours avec les paroles, « Si mon peuple ne veut pas se soumettre ». Elle devait saisir l’attention de son peuple.

Les deux, cependant, laissent la porte ouverte à l’espoir. Tournons-nous donc vers le Seigneur avec la prière d'ouverture de la messe d'aujourd'hui : « Nous avons conscience de nos fautes ; patiemment, relève-nous avec amour ».

Traduction : P. Paul Belhumeur, M.S.

Print Friendly, PDF & Email

Kalendarz

« Octobre 2023 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Aller au haut